Environnement

ANIAC-Togo pour lutter contre la prolifération des armes chimiques

Publié le samedi 30 septembre 2017, par Leader

Partant du constat selon lequel les produits chimiques, détournés de leurs utilisations peuvent constituer un danger pour les populations, le ministère des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine en collaboration avec l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC), a officiellement lancé ce vendredi 29 septembre à Lomé, les activités de l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques au Togo.

Répondant aux obligations de la Convention de l’Interdiction des armes Chimiques (CIAC), ANIAC-TOGO est une structure nationale qui vise à promouvoir la paix, la stabilité par la lutte contre la prolifération des produits chimiques dans toute leur forme sur toute l’étendue du territoire togolais afin d’assurer une meilleure utilisation de ces produits pour le bien-être socio-économique des populations.
Ainsi, treize membres présidés par Mr Bruno Pakoupati BOYODE, repartis en 3 commissions sont désignés pour assurer une meilleure exécution de la mission de l’ANIAC-TOGO. Il s’agit de la commission d’investigation chargée du contrôle de conformité des produits chimiques existant sur le territoire national ; la commission juridique chargée de tous les aspects juridiques concernant la convention et enfin, la commission de sensibilisation qui a pour mission d’élaborer une stratégie de communication pouvant faciliter la mise en oeuvre de la convention.

Pour le Professeur Robert DUSSEH, ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, "il faut une utilisation efficiente, raisonnable et responsable des conquêtes scientifiques".

On entend par armes chimiques tout produit chimique toxique qui, par son action sur des processus biologiques, peut provoquer des dommages permanents ou la mort chez les êtres humains ou animaux.
Entre autres gaz chimiques, le gaz moutarde, le gaz sarin et VX.

KPOWOADAN Yao