Littérature Bientôt dans les librailies

« Baiser de Judas » du confrère Alexandre GOLI

Publié le dimanche 14 juillet 2013, par Yiago Nazzarrio

Nous nous sommes procuré un exemplaire à l’imprimerie où il est tout fin prêt. Vous le rencontrerez incessamment dans les rayons de librairie et les bibliothèques de la place. « Baiser de Juda », c’est le roman qui est en train d’être publié par le confrère Alexandre GOLI. Confié aux Editions les Beaux Ecrits, le roman, grand de 187 pages est « une balade dans le monde de l’amour riche en intrigues ». L’auteur livre sous un ton libéral, le récit d’amour scandaleux entre Mireille, la femme d’un colonel de l’armée et Xela un jeune homme marié. Cet amour adultérin n’est pas sans produire d’effet néfaste sur la vie des amants. Principalement, il a contribué à ruiner Mireille, « tombée de paradis en enfer ».
A travers son récit captivant, l’auteur conduit le lecteur à découvrir son univers romanesque dans laquelle la passion amoureuse l’emporte sur la raison. Mais le trait caractéristique de l’écriture « golienne » semble indubitablement ce courage et cette liberté dont fait preuve l’auteur pour énoncer ce qui apparaît comme un reproche tacite à la femme. « Ah, les femmes ! » exclame l’écrivain à la page 57 avant de poursuivre. « Qu’elles adorent le mensonge ! Pour elles, l’habit a toujours fait le moine. Si vous déclarez à celle qui se sait pertinemment « laide » qu’elle est la plus belle créature au monde, soyez rassurés qu’elle vous croira à la lettre. Cette espèce a le génie de se faire accroire. », lit-on.
Le roman comporte 13 chapitres à travers lesquels l’auteur pointe du doigt un certain nombre de fléaux qui gangrènent notre société. La prostitution, le saphisme, la corruption, la pédophilie mais surtout la trahison sont, entre autres, les thèmes abordés. Cette dernière aura sans doute prêté son sens au titre tout à fait métaphorique de l’ouvrage. La course au matérialisme conduit à la trahison dans tous les compartiments de notre société et Alexandre GOLI ne veut pas aller du dos de la cuiller. « Baiser de Judas » repose la problématique de l’adultère qui se propage même au niveau des couples socialement aisés, mais également celle de l’exercice du pouvoir en Afrique bâti trop souvent sur la force. Juste, l’écrivain togolais a pu user de son talent d’artiste pour les laisser apparaître sous sa plume. Il a su ainsi convoquer l’humour et la satire pour tourner en dérision certaines pratiques notamment la loi de la force dont usent et abusent certains commis de l’Etat. L’œuvre est rédigée dans un style simple mais soigné, le langage marqué par endroit par l’ironie qui la rend plaisante à la lecture. On y remarque aussi une forte poussée érotique qui fait penser à un autre écrivain togolais, Sami Tchak.
Préfacée par le professeur de Lettres à l’Université de Lomé, M. Alilou Sam-Dja Cissé actuel président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), l’œuvre sera dédicacée pour bientôt. Nous souhaitons bonne lecture à tous ceux qui s’intéresseront à ce roman combien plaisant !
Né en 1977 à Amoussimé dans la préfecture de Yoto, Alexandre GOLI est titulaire d’un DEA, Diplôme d’Etudes Approfondies, option Littérature et critique à l’Université de Lomé. Il est membre du Groupe d’Action pour la Promotion de la Poésie (GRAPP) et travaille en tant que journaliste de presse écrite.