Société

Burkina Faso : La Fédération des Associations de la Diaspora Togolaise dans une nouvelle dynamique

Publié le mercredi 17 janvier 2018, par Yiago Nazzarrio

Le regroupement des Togolais du Burkina Faso se remobilise, au début de cette nouvelle année, pour relever les défis auxquels il fait face. Dynamisme, détermination, engagement sont le leitmotiv.

Un nouveau départ

La Fédération des Associations de la Diaspora Togolaise au Burkina Faso a vu son récépissé renouvelé par le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation de Ouagadougou le 03 avril 2017. Elle va tenir une réunion ce samedi au pays des hommes intègres. Avant cette rencontre placée sous le signe d’un nouveau départ, une rencontre préparatoire a eu lieu le mercredi 17 janvier dont l’objectif a été de réfléchir sur les enjeux de l’heure.

La Fédérationi est une structure faîtière des Togolais au Burkina Faso, officiellement reconnue par les autorités sous le N° 2016-0716/MATDSI/SG/DGLPAP/DOASOC signé le 28 mars 2016 et renouvelé sous le N° : 00000142601.

Tisser la nouvelle corde sur l’ancienne

Un protocole d’accord a été signé le jeudi 30 mars 2017 au siège de la Fédération des Associations de la Diaspora Togolaise au Burkina Faso. Cet accord longtemps souhaité par la diaspora togolaise a été une réalité et permet aux Togolais titulaires de la carte de membre de la diaspora togolaise au Burkina de pouvoir accéder aux opérations financières du Réseau des caisses populaires du Burkina.

Les Togolaises vivant au Burkina Faso sont estimés à plus de six cent mille (600.000) personnes. En effet, la Faitière des caisses populaires du Burkina (FCPB) et la Fédération des Associations de la Diaspora Togolaise (FADT) se sont réunis pour nouer un partenariat. C’était en présence des Togolais et d’une délégation du Réseau des caisses populaires du Burkina conduite par le Directeur général de la FCPB composée du directeur commercial et de la communication, de la directrice des opérations, du directeur de la délégation des caisses populaires du centre, des directeurs de caisses populaires, des chefs d’agence et des agents commerciaux.

Komi Aziangbédé, le Secrétaire général de la FADT, dans son intervention, a souhaité la bienvenue à l’ensemble des invités présents. Il a, ensuite, remercié les premiers responsables du RCPB avant de souligner les soutiens multiformes des autorités burkinabè et togolaises au profit de la diaspora togolaise. Il a remercié ses compatriotes pour leur présence à cette cérémonie de signature.

Le président de la Fédération des Associations de la Diaspora Togolaise, Koffi Sossa, a souligné l’importance de cette cérémonie tout en exhortant ses frères et sœurs vivant au pays des hommes intègres à adhérer à l’association pour bénéficier des retombées de cet accord.

Selon lui, les solides liens de fraternité et de solidarité qui lient le Burkina Faso et le Togo ont permis de concrétiser cet accord. Koffi Sossa a, en outre, insisté sur « les avantages du document d’identité dans les opérations financières ». Avant de procéder à la signature du protocole d’accord, le Directeur Général a, de son côté, « remercié tous les invités présents à la cérémonie avant de faire un bref historique sur les négociations antérieures ». En substance, le Directeur général de la FCPB a été sensible aux préoccupations de la diaspora et a promis d’aller au-delà des termes du partenariat. En effet, a-t-il dit : « je suis certain que la signature de ce protocole aujourd’hui marquera le début d’une longue et fructueuse collaboration entre nos deux structures ». Il a émis le vœu de « voir le partenariat s’étendre jusqu’à faciliter l’établissement de la carte d’identité au profit des ressortissants togolais ».

Mahamadou Bonkoungou, un homme de coeur

Cet accord a trois volets essentiels. D’abord, il permet aux ressortissants togolais ayant adhéré à la Fédération de faire des ouvertures de compte dans les 180 points de vente du RCPB. Ces derniers, ensuite, peuvent accéder à des produits de crédit et, enfin, réaliser des opérations de transfert d’argent à leurs proches restés au pays à travers le produit Dayana Cash Burkina. « Pour joindre l’utile à l’agréable, l’agence de Sin yiri de la caisse populaire de Songtaaba était présente pour procéder aux ouvertures sur place de comptes pour les membres de l’association de la Diaspora Togolaise vivant au Burkina Faso », rappellent les premiers responsables de ladite Fédération.

Tout cela n’aurait pas été possible sans la volonté manifeste de Mahamadou Bonkoungou, PDG de Entreprise Bonkoungou Mahamadou & Fils (EBOMAF). Consul du Togo au Burkina Faso, l’homme d’affaires s’illustre particulièrement pour permettre l’intégration des Togolais dans leur pays d’accueil. Ses actions humanitaires sont nombreuses. C’est à juste titre, que les Togolais lui sont reconnaissants.

La Fédération des Associations de la Diaspora Togolaise au Burkina Faso œuvre pour la promotion et l’approfondissement des valeurs humaines, le brassage socioculturel, le partage d’expériences.

Selon son nouveau plan d’actions mis en place, la faîtière veut travailler pour créer un esprit de patriotisme et sensibiliser les compatriotes à s’intéresser à la vie associative. Il s’agit, insistent Komi Aziangbédé et Koffi Sossa, d’ « inciter les Togolais du Burkina Faso à se dépasser, à établir une relation engageant intelligence, volonté et célérité ». Le tout, ajoutent-ils « basé sur un certain degré d’humilité ».