Economie

Editorial : Comment l’Afrique peut se remettre de la crise de son secteur des hydrocarbures, par NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie

Publié le lundi 4 mai 2020, par Leader

Les baisses spectaculaires des prix du pétrole brut – le résultat de la baisse de la demande liée au COVID-19 et d’une guerre des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie – ont fait des ravages dans le monde entier ce printemps. Pour les pays africains producteurs de pétrole, où les exportations de pétrole brut représentent une grande partie de leurs revenus, la situation est particulièrement dramatique.

Au Nigéria, par exemple, la ministre des Finances Zainab Ahmed a récemment mis en garde contre une récession imminente et a demandé des milliards de dollars de financement d’urgence. À partir de la deuxième semaine d’avril, la production nationale de pétrole en Angola devrait passer de 1,8 million à 1,36 million de barils par jour alors que le gouvernement s’apprêtait à geler 30% de son budget de biens et services. Et le Ghana, selon le Centre africain pour la politique énergétique, devrait voir cette année un déficit de 53% des recettes prévues des ventes de pétrole brut. Il existe des difficultés similaires à travers le continent.

Il y a une lueur d’espoir : un accord historique de réduction de la production entre les parties prenantes de l’Opep, de l’Opep+ et du G20 le 12 avril a mis fin à la guerre des prix du pétrole. Peu de temps après cet accord historique, l’Organisation africaine des producteurs de pétrole (APPO) s’est engagée à réaliser d’importantes réductions de sa production de brut à partir du 1er mai. Bien que la demande demeure une préoccupation, les réductions de production aideront à réduire les stocks de pétrole et devraient apporter une certaine stabilité au marché du pétrole.

Je ne dis pas que nous pouvons nous attendre à une navigation en douceur à partir de maintenant. Il est indéniable que la pandémie de COVID-19 continuera de tester les pays africains sur plusieurs fronts, des dangers pour la santé et la sécurité qu’elle représente pour notre peuple à la dévastation économique et à la faible demande de brut. La situation est douloureuse, mais elle n’est pas permanente. Et lorsque ce chapitre sera terminé, les pays africains se rétabliront.

C’est le moment de jeter les bases de cette reprise. Lorsque la demande de pétrole brut augmentera à nouveau, et ce sera le cas, l’Afrique devra reprendre ses activités d’exploration et de production. Cela signifie que les ministères du pétrole et du gaz devraient travailler dès maintenant sur des réglementations qui favorisent un environnement plus favorable pour les investisseurs et les entreprises. Nous devrions affiner nos politiques de contenu local et explorer les technologies qui peuvent contribuer à un secteur pétrolier plus maigre et plus rentable. En octobre dernier, j’ai publié un livre qui explique comment nous pouvons accomplir ces choses, ainsi que d’autres mesures qui aideront l’Afrique à mieux capitaliser sur ses ressources pétrolières et gazières. Les idées et exemples qu’il fournit restent d’actualité. Nous pouvons toujours le faire.

Explorer des solutions

Avec une demande de pétrole à un creux historique, il peut sembler étrange de parler de l’activité amont. Mais, comme je l’ai dit, la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement est temporaire. Après avoir traversé la crise actuelle, la production jouera un rôle essentiel dans notre reprise économique. Nous avons besoin que des entreprises autochtones soient impliquées pour que les employés, les partenaires commerciaux et les fournisseurs puissent bénéficier de ces activités. Nous avons également besoin d’entreprises étrangères désireuses de partager les connaissances et la technologie - et de créer des opportunités économiques dans les communautés où elles opèrent. C’est pourquoi il est vital que les chefs de gouvernement prennent des mesures dès maintenant pour éliminer les obstacles au lancement de la production, des formalités administratives et des retards prolongés aux impôts excessifs. Les gouvernements doivent également soutenir les petites entreprises indépendantes en divisant les cartes d’exploration en sections plus petites. Et nous avons besoin de meilleures conditions fiscales pour les entreprises, comme des réductions des droits d’importation.

Ce n’est pas la première fois que je réclame ces choses, je les aborde en détail dans mon livre, « Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique ». Mais à l’ère du COVID-19, ils sont devenus plus pertinents que jamais.

Contenu local : trouver un équilibre

Les pays africains doivent développer des politiques de contenu local justes et équilibrées qui créent des opportunités économiques et éducatives pour les Africains sans surcharger excessivement les investisseurs étrangers et les décourager de travailler en Afrique. Un exemple brillant de ce genre d’équilibre se trouve en Guinée équatoriale, dont j’ai parlé dans Des milliards en jeu. « Le gouvernement a édicté des exigences pour que les entreprises internationales embauchent des Equato-guinéens, contribuent aux programmes de formation et travaillent avec des sous-traitants locaux. Cependant, ils ont pris soin d’équilibrer la nécessité de stimuler l’industrie locale et les limites de l’industrie locale actuelle. Ils ont compris à quel point il était irréaliste d’exiger un contenu local à 100% jusqu’à ce que davantage de formation, d’éducation et de capacités locales dans ce domaine soient créées. »

J’aimerais voir plus de pays africains considérer l’exemple de la Guinée équatoriale, ainsi que les politiques de contenu local réussies au Nigeria et en Angola, également couvertes dans mon livre. Un contenu local efficace est essentiel pour aider les Africains de tous les jours à réaliser les avantages des ressources pétrolières et gazières de l’Afrique. C’est le bon moment pour les dirigeants d’examiner ce qui fonctionne et ce qui ne figure pas dans leurs propres politiques et de faire les ajustements nécessaires.

Il est temps pour plus de technologie

Le COVID-19 a contraint des entreprises du monde entier à s’appuyer sur la technologie pour fonctionner, qu’elles l’utilisent pour organiser des réunions virtuelles ou surveiller des actifs vitaux. Je suis convaincu que les solutions technologiques joueront également un rôle important dans le retour de l’industrie pétrolière et gazière en Afrique. Dans mon livre, j’ai décrit le potentiel de la technologie pour aider les sociétés pétrolières et gazières africaines à fonctionner plus efficacement et à augmenter les bénéfices, ce qui, à son tour, profite à leurs communautés et favorise la croissance économique. « Des innovations telles que le développement de nouvelles façons de forer des puits et de manipuler des équipements, la conception de nouveaux programmes de collecte de données sismiques, la gestion de systèmes de données pétrolières, et la surveillance et la protection des équipements connectés à Internet ont le potentiel de redéfinir la façon dont les affaires sont faites dans ce secteur. »

Maintenant, avec des difficultés économiques et des prix du pétrole bas, de tels avantages pourraient être plus précieux que jamais. J’encourage les sociétés pétrolières et gazières africaines à travailler ensemble et avec les entreprises technologiques locales pour accroître leurs capacités technologiques. Les entreprises africaines devraient également rechercher des partenariats avec des investisseurs étrangers ouverts au transfert de connaissances techniques et de compétences. Des milliards en jeu décrit les succès que Friburge Oil & Gas, basé en Angola, a eu en partenariat avec des fournisseurs de technologie internationaux pour favoriser l’efficacité et des méthodes de production respectueuses de l’environnement. Nous devons voir plus d’entreprises faire de même. Les gouvernements peuvent soutenir ces efforts grâce à des politiques de contenu local qui appellent au partage des connaissances, ainsi qu’à la création d’initiatives éducatives et de partenariats public-privé.

Bien avant que l’impensable ne se produise et que le COVID-19 ait changé notre monde, j’ai plaidé pour l’exploitation stratégique des ressources pétrolières et gazières de l’Afrique afin de créer la stabilité et la croissance économique. Maintenant, en raison de la pandémie, nous nous trouvons dans une situation difficile avec des prix du pétrole extrêmement bas et des économies en déclin. Par conséquent, certaines de ces stratégies que j’ai recommandées peuvent doivent être suspendues. Néanmoins, les mesures que j’ai mises en avant pour nous aider à tirer pleinement parti de nos ressources pétrolières auront toujours du mérite lorsque nous sortirons de cette crise. Si nous commençons à nous préparer dès maintenant pour les mettre en place, elles ont encore plus de chances de réussir.