Environnement Justice climatique

Enjeux et perspectives pour le Togo

Publié le vendredi 18 août 2017, par Leader

La salle de conférence de l’Union européenne à Lomé a accueilli ce vendredi les acteurs de la société civile intervenant dans la lutte contre l’accaparement des terres et surtout le changement climatique pour un partage d’expériences et jeter les bases pour une véritable « Justice climatique : Enjeux et perspectives pour le Togo ».
Organisé par la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau au Togo, cet atelier a été l’occasion de passer au peigne fin les effets du changement climatique qui deviennent de plus en plus graves et touchant toutes les populations sans exception.
« Cette rencontre a pour but de réfléchir sur ces effets du changement climatique et voir les actions à mener dans les jours à venir : sensibiliser les populations, élever nos voix vers les gouvernants pour prendre des mesures face à ces effets », a signifié à la presse Toussaint Aziamanyo, point focal de la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau au Togo.
« Quels sont les impacts du changement climatique sur la biodiversité ? » est le premier thème animé par Kwami Kpondzo, coordonnateur de campagne de l’ONG les amis de la Terre Togo. Après avoir défini la biodiversité comme étant la « diversité de vies sur la terre », il a évoqué le rôle de chaque espèce sur la terre, rôle qu’il qualifie de fondamental.
Malheureusement, « les effets du changement climatique sur ces espèces portent un danger pour l’humanité. Nous avons compris que le changement climatique fait disparaitre de l’eau parce qu’il y a assez de chaleur. Nous avons compris que le changement climatique atténue la reproduction de certaines espèces, la grenouille par exemple qui se reproduit grâce à l’eau. Il y a également la disparition des éléphants à cause de la sécheresse. Le changement climatique a des effets sur la forêt, l’écosystème aussi bien terrestre que marin », a rappelé Kwami Kpondzo.
En ce qui concerne les autres conséquences non négligeables, il a évoqué également « la montée de la mer qui occasionne l’érosion côtière. A cette montée de la mer, certaines des espèces marines déversées sur la côte ne s’y retournent pas », occasionnant leur perte.
Mme Yaou Mery, expert à la direction de l’Environnement et des Ressources forestières, est l’animatrice de la seconde et dernière communication intitulée « La lutte contre les changements climatiques : Enjeux et perspectives pour le Togo ».
Tout compte fait, dans les communications, il ressort que l’une des causes fondamentales du changement climatique est l’émission de CO2 produite par la combustion fossile.
En rappel, la Convergence a mené des luttes sur le plan international et national. En 2016, elle a organisé une caravane en Afrique de l’Ouest (de Ouaga à Dakar) pour sensibiliser les populations et les gouvernants sur l’accaparement des terres, les changements climatiques, le droit à l’eau. Elle a organisé également des ateliers à Lomé et à Anié dans ce sens.
Dans l’avenir, elle pense continuer son combat aux côtés des victimes d’accaparement des terres et de changement climatique. Déjà en février 2018, Lomé va accueillir tous les pays de l’Afrique de l’Ouest dans le cadre de la lutte pour le droit à la terre, l’eau et les semences paysannes. A l’issue de cette caravane qui va chuter à Lomé, les participants rencontreront le président de la CEDEAO pour lui remettre un document sur la thématique.