Education Devenir un grand leader

Les qualités essentielles

Publié le samedi 10 septembre 2016, par Leader

Le leadership se définit par la capacité d’un individu à persuader, convaincre, influencer, inspirer, guider et conduire d’autres individus vers un but commun. Ce dernier mobilise et obtient l’adhésion et la détermination volontaires des membres de son groupe. Cette capacité de faire devient possible lorsque l’individu maîtrise certaines forces, traits dominants et qualités personnelles spécifiques. Certains de ceux-ci sont innés faisant en sorte qu’il peut être très difficile de devenir un leader si la chance ne nous en a pas fait cadeau.
Selon Profession leader parue en 1991 de W. Bennis, les forces, traits dominants et qualités personnelles spécifiques sont :
• La passion, pour les perspectives de la vie, pour une vocation ou une profession. Le leader qui communique sa passion confère aux autres, espoir et inspiration. Il est enthousiaste et sait communiquer son enthousiasme en choisissant les bons mots pour convaincre.
• L’intégrité de la connaissance de soi, la sincérité et la maturité. Tout leader a besoin d’avoir mûri et d’avoir acquis une expérience ; il a besoin d’apprendre à être persévérant, attentif, capable de travailler avec les autres […] en disant la vérité. L’expérience qu’il possède l’aidera à prendre les bonnes décisions ou à savoir identifier les problématiques rapidement.
• La confiance des autres, celle-ci ne peut être acquise qu’en la gagnant.
• La curiosité, l’audace et le courage. Le leader s’interroge sur tout et cherche à comprendre. Il fait œuvre de créativité, de vision et d’initiative. Il n’a pas peur de sortir des sentiers battus pour trouver de nouvelles solutions innovantes. Par ce trait de caractère, il fait l’envie des autres qui chercheront à le suivre dans son succès.
D’ailleurs, si à une certaine époque, le charisme d’une personne pouvait lui permettre d’exercer son leadership, aujourd’hui, dans de nombreux contextes, cette qualité pourrait ne plus être suffisante. La complexité des relations humaines demande au leader d’être d’autant plus intègre et visionnaire.
Le leadership n’est pas un pouvoir qui s’établit par la structure hiérarchique d’une organisation. Autant, le gestionnaire n’est pas nécessairement un leader. Il peut mener son équipe vers les objectifs fixés, mais il ne le fera pas nécessairement d’une manière à les inspirer et à faire en sorte que ces objectifs soient volontairement dépassés.
D’ailleurs, aujourd’hui et dans l’avenir, les gestionnaires seront menés davantage à être de vrais leaders s’ils veulent permettre la croissance de leur organisation ou la progression de leur carrière.