Santé

L’UCT en mode bilan des actions menées contre le VIH/SIDA dans 4 villes du Togo

Publié le jeudi 13 septembre 2018, par Leader

Lutter efficacement contre l’épidémie du VIH/SIDA au Togo a été pour le gouvernement un leitmotiv qui porte aujourd’hui ses fruits. L’ONUSIDA, un programme des Nations Unies, s’est également investi dans cette lutte aux côtés du gouvernement.

Pour pérenniser les acquis de cette lutte et faire davantage, au niveau international, les Communes ont mis en place des actions spécifiques de prévention en tenant compte des spécificités des villes, lesquelles actions et stratégies en rapport avec les priorités de l’ONUSIDA.

Ainsi, partant du constat selon lequel l’épidémie du VIH/SIDA est plus importante dans les villes que dans les campagnes, et surtout qu’au Togo, l’épidémie du VIH est deux (2) fois plus élevée en ville qu’en milieu rural, l’Union des Communes du Togo (UCT) a élaboré et mis en œuvre depuis deux (2) ans, un plan d’action pour quatre (4) villes qui ont la prévalence les plus élevées à savoir Lomé, Atakpamé, Sokodé et Kara.

Après deux ans d’exécutions du plan d’action dans lesdites villes par leurs responsables, entre autres les maires, l’heure est au bilan.
Au cours d’une rencontre ce mardi 11 septembre à Lomé, il sera question d’une présentation du bilan programmatique et financier de l’état de mise en œuvre de leurs plans et aussi, un cadre de discussion va être instaurée pour permettre aux villes de faire une synthèse sur le niveau d’atteinte des objectifs de ses plans et, de formuler des recommandations.

Pour Vincent PITCHE, Coordonnateur National du CNLS, " C’est l’occasion pour que chaque ville étale ce qu’il a fait pour en tirer des leçons".

L’Union des Communes du Togo compte étendre le plan d’action à d’autres villes telles que Aného, Kpalimé et Dapaong.

Au niveau mondial, l’ONUSIDA a initié une stratégie de lutte contre le VIH et le SIDA dans les villes intitulée << Mettre fin à l’épidémie du Sida : les villes s’engagent pour atteindre les objectifs 90-90-90 d’ici 2020 >>.
Cette stratégie veut que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur état sérologique vis-à-vis du VIH, que 90% de ces personnes soient sous traitement antirétroviral et que 90% des personnes sous traitement aient une charge virale supprimée.

KPOWOADAN Yao