Culture

La 47e édition de la fête d’Abobo est officiellement lancée à Sagonou

Publié le dimanche 9 septembre 2018, par Leader

Pour célébrer en toute beauté la fête d’Abobo (Abobo Zan) prévue pour le 16 septembre prochain, Sagonou, l’une des localités du canton d’Abobo, est choisi pour lancer les festivités. C’est dans cette perspective que ce 8 septembre, les fils et filles du village sont rejoins par leurs voisins pour participer aux différentes manifestations en prélude au grand jour.
« Ce jour est le lancement de la fête d’Abobo (Abobo Zan). C’est la première fois que nous accueillons le lancement de cette fête. Déjà le 7 septembre dernier, c’était la veillée pour cette manifestation », s’est confié Jules Agbo, président de la jeunesse de Sagonou.
A partir du 7 septembre dernier, les artistes de la chanson ont presté jusqu’au petit matin pour laisser place à la musique. Alors que celle-ci bat son plein dans le village, la population se prépare pour accueillir ce 8 septembre les autorités du village qui ont droit aux prestations des artistes et du groupe Bobobo suivie d’une séance de sensibilisation par les personnes âgées à l’endroit de la jeunesse. Il s’agit essentiellement d’encourager la jeunesse à avoir le sens des responsabilités pour son avenir et le développement de la localité.
« Aujourd’hui, nous avons la confirmation quant aux charges qui nous incombent en matière de relais des personnes âgées par rapport aux questions de développement de notre village », rassure Jules Agbo.
Après quoi, dans l’après-midi, la population a droit à un match de football opposant Sagonou à Abobo, match soldé par un score de 3 buts à 2. A l’issue de cette confrontation sportive, les infatigables artistes ont repris le micro jusqu’à la nuit tombante pour laisser place à la retraite aux flambeaux. Il est à rappeler que les manifestations se poursuivent jusqu’à l’apothéose le 16 septembre prochain.

Sagonou, son histoire
Le village de Sagonou qui était une brousse de plus de 247 hectares et renfermant des bêtes féroces est créé depuis les temps immémoriaux. Et c’est Togbui Kplampou qui en est le fondateur. Il était venu d’Abobo et fut rejoint plus tard par d’autres personnes. Quand il était venu pour s’y installer, il avait vu un arbre du nom de Sati et a préféré demeurer à son ombre ; d’où le nom Satigomé transformé plus tard Sagonou. A sa mort, Solédji-Adétan, Attissogbé Aziatogbé, le régent Amédévi Kossi Wonyo, etc. ont eu la charge de diriger le village.
Avant, Sagonou n’avait qu’un seul établissement scolaire. Par après, le village s’est doté d’un second établissement du nom de l’EPP Sagonou-Zogbédji. Au départ, ce sont les villageois qui payaient les enseignants avec des recettes issues de la commercialisation des produits agricoles. C’est par la suite que le gouvernement a récupéré les établissements pour leur gestion.
A ce jour, cette localité qui regorge une population essentiellement agricole ne dispose pas d’eau, d’électricité et de dispensaire. Les produits cultivés sont le maïs, le manioc, la patate douce, le haricot, le gombo, etc.

Selon Togbui Akakpo Koffi Obla, originaire de Sagonou Lom Nava Kplampou ville, « malgré certaines incompréhensions il y a quelques années, nous avons réussi à les enrayer au profit du vivre ensemble. Malheureusement, aujourd’hui encore, le phénomène reprend l’ascendance. »
Et Togbui Edoh, originaire de Sagonou Sokomé se veut plus explicite : « pour notre délocalisation, nous pouvons nous y plier mais nos supérieurs ne nous disent pas la vérité. Les agents qui sont venus faire la prospection ne veulent pas prendre en compte les nouvelles constructions dans le calcul des immeubles qui bénéficieront du dédommagement. C’est pour cela que nous voulons de l’aide. Pour ce qui est du reste, il y a de l’incompréhension liée à la chefferie traditionnelle dans notre village depuis près d’une quinzaine d’années. Après concertation, nous avons convenu que les chefs de quartiers soient reconnus. Mais l’actuel chef traditionnel y oppose une fin de non recevoir. C’est pour cela que nous voulons un nouveau chef pour Sagonou Lom Nava. »