Economie

La prévision budgétaire du Togo en 2021 est de 1 521,6 milliards de francs CFA

Publié le lundi 21 décembre 2020, par Leader

Les députés ont adopté à l’unanimité le 18 décembre 2020 à l’Assemblée nationale le budget de l’Etat gestion 2021 sous la présidence de Yawa Digbodi Tségan et en présence de Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances. Ce budget s’équilibre en ressources et en charges à 1 521,6 milliards, en léger recul par rapport à l’exercice 2020 estimé à 1638 milliards soit une baisse de 7,1%, tandis que les recettes budgétaires s’établissent à 839,6 milliards de francs CFA et les dépenses budgétaires se chiffrent à 1120,4 milliards de francs CFA.

Cette loi de finances exercice 2021 reflète les priorités du Plan national de développement (PND, 2018-2022) et la feuille de route gouvernementale 2020-2025 qui convergent tous vers la recherche du bien-être de la population togolaise.

Pour Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances, « Cette loi de finances 2021 traduit la mise en œuvre intégrale du budget programme qui se matérialise, d’une part par la déconcentration de la fonction d’ordonnancement et d’approbation des marchés publics ainsi que le renforcement du rôle des contrôleurs financiers, des responsables de programmes, des planificateurs et du suivi évaluation pour plus d’efficacité et d’efficience dans la gestion des ressources budgétaires axée sur les résultats ».

Ce budget consacre aux secteurs sociaux et la protection sociale, 445,1 milliards de francs CFA contre 401,7 milliards de francs CFA dans le budget 2020 soit une hausse de 10,8%. La part relative de ces secteurs dans le projet de budget, exercice 2021, est de 53,7% des crédits budgétaires contre 52,9% dans le budget 2020.

Le budget met aussi l’accent sur les programmes visant l’amélioration du capital humain, de la politique d’accès à l’éducation pour tous, du système de santé universelle et de protection sociale, des mécanismes de promotion de l’équité genre, de l’accompagnement des exploitants agricoles, des mesures visant la création d’emplois des jeunes, des capacités opérationnelles des forces de sécurité et de défense.

Pour Gerry Konmandega Taama, président du groupe parlementaire NET-PDP, « On ne peut pas faire mieux ».

Ce projet de loi de finances exercice 2021 s’articule autour de trois (3) parties notamment, l’environnement et les perspectives économiques et nationales, les grandes orientations et choix budgétaires et bien évidemment les orientations fiscales 2021.

« Le projet de loi de finances pour 2021 est la principale boussole du budget programme et la rénovation de la fonction d’ordonnateur. Cette double innovation pratique à l’efficacité gouvernementale est le fruit d’une volonté délibérée et affichée de l’exécutif et en particulier la Présidence de la République. Elle nous permet de disposer de programmes massifs de développement durable. En outre la possibilité de fongibilité et de redéploiement de crédit au sein d’un même programme garantie l’application des clauses de revoyure en cas du retard dans la mise en œuvre d’un volet du plan de relance », a souligné l’honorable Atcholi Aklesso, président du groupe parlementaire Union pour la République (Unir).