Sciences & Technologies

« La robotique et les réseaux sociaux » meublent la rencontre de ce vendredi à la foire

Publié le vendredi 4 août 2017, par Leader

« Le rôle de la robotique et des objets connectés dans le monde aujourd’hui » est le premier thème développé par Willy Koffi Nassar (photo), informaticien et enseignant à ESIG Succes à Lomé.
Dans son développement, il ressort que « la robotique est une science et un ensemble de techniques qui permettent la conception et la fabrication d’un robot. Un robot est une machine dotée d’une certaine autonomie à accomplir des tâches qui étaient effectuées par les hommes. »
Avant de toucher du doigt la réalité, il a cité les domaines d’application de la robotique qui sont le domaine médical, militaire, maritime, logistique et de l’éducation. « Au plan médical par exemple, la robotique aide les patients qui ont perdu leur mobilité suite à un accident à exécuter les tâches quotidiennes… Un autre exemple : s’il y a un accident sur un lieu et que la police secours ne peut pas se déplacer sur-le-champ, on peut envoyer une escadrille de drone pour aller voir l’état des accidentés. Car, il y a aujourd’hui des drones qui offrent les premiers soins aux patients », a-t-il fait savoir à titre illustratif.
Quant aux objets connectés, Willy Koffi Nassar les a définis comme étant « l’ensemble électronique qui peut être relié à un autre dispositif informatif par le biais d’une liaison qui permet à l’objet connecté d’interagir à distance ».
Et de préciser que « les objets connectés ne sont pas autonomes, ils ont besoin de l’action humaine pour effectuer une tâche donnée contrairement au robot. »
En ce qui concerne le second thème « les réseaux sociaux, facteurs de développement ou d’abrutissement » animé par Cissé Aphtal, communicateur social média, il est question de rappeler à l’auditoire les avantages des réseaux sociaux malgré leur utilisation à des fins malsaines.
« L’outil en lui-même n’est pas mauvais, mais c’est le comportement de l’utilisateur qui importe. Ceux qui ont créé cet outil s’en servent aujourd’hui pour le développement. La preuve est que pour vendre en Occident, les start-up proposent les produits que le consommateur consulte souvent en ligne », a souligné Cissé Aphtal.