Politique

Togo/Le MPDD peint la situation sociopolitique du pays

Publié le lundi 11 novembre 2019, par Leader

Face aux professionnels des médias à son siège à Lomé ce samedi 09 Novembre 2019, un mois environ après sa rentrée politique effectuée le 04 octobre dernier, le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) dirigé par Agbéyomé Kodjo Messan (photo), avertit avec insistance sur des pratiques du pouvoir en place à propos de l’élection présidentielle de 2020 et ses préparatifs, la question du bien-être des Togolais ainsi que leur quotidien et au finish, les révélations de Mohamed Loum, considéré comme témoin à charge principal du pouvoir dans l’affaire des incendies de 2013 des grands marchés de Lomé et Kara mettant en cause les personnalités de premier plan au Togo.

Pour les responsables du MPDD, nonobstant les appels et propositions de l’opposition républicaine, le pouvoir semble de plus en plus emmuré dans sa volonté d’organisation unilatérale de l’élection présidentielle, en témoignent les manoeuvres actuelles de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) qui exécute son agenda sans une véritable réforme en profondeur du cadre électoral.

Selon le MPDD, les dernières modifications du code électoral adoptées le 05 novembre 2019 par l’Assemblée Nationale sont loin de prendre en considération les attentes des populations et de l’opposition républicaine.

À propos des conditions définissant le vote de la diaspora, la détention six mois auparavant de la carte consulaire avant l’enrôlement pour le vote qui ne se fera qu’exclusivement dans les ambassades démontrent à suffisance l’absence de véritable volonté de permettre aux compatriotes de la diaspora de prendre part au scrutin.

"Donc, nous souhaitons la tenue d’un dialogue de 2 ou 3 jours pour régler un certain nombre de choses dans l’intérêt du pays. Asseyons-nous pour une constitution consensuelle car il n’y a pas de problème sans solution", a laissé entendre Agbéyomé Kodjo Messan, président du MPDD.

Cette tribune a été une occasion saisie par le MPDD pour saluer les immenses efforts déployés par Monseigneur Fanoko Kpodzro pour rassembler les forces de l’opposition républicaine avec la mise en place des deux commissions censées oeuvrer pour la transparence du scrutin présidentiel de 2020.

"Si nous voulons que le pays change, mobilisons-nous pour donner les voix à ceux qui ont cette volonté de faire changer les choses", a laissé entendre Gérard Adja, 1er vice président du MPDD.

Concernant le bien-être, le quotidien des populations, pour ledit mouvement, la dernière décision de relèvement du coût des actes d’état civil ne se justifie pas dans le contexte actuel de détresse de l’écrasante majorité des populations paupérisées. Par conséquent, le MPDD invite le gouvernement à reconsidérer sa position et privilégier davantage le développement humain au profit des performances macro-économiques sans impact réel sur le quotidien des populations.

Plus loin, il appelle le gouvernement à trouver des stratégies souples et flexibles à même de préserver la vitalité des entreprises par ces temps de crise et subséquemment les conditions de bien-être des travailleurs.

Pour terminer, le MPDD dit ne pas comprendre le cynisme au sommet de l’Etat qui, dans le seul but de réduire au silence des adversaires politiques, met en cause des personnalités de premier plan du pays suite à des révélations faites par Mohamed Loum, témoin à charge principal du pouvoir dans l’affaire des incendies de 2013 des grands marchés de Lomé et de Kara.

Ainsi, les responsables dudit mouvement demandent à Faure Gnassingbé et ses collaborateurs de tirer les conséquences qui s’imposent de ces révélations et que justice soit faite sans délai à toutes les victimes et à la nation.

À tous ceux qui de près ou de loin sont traumatisés par cet événement malheureux caractérisé de drame national , le MPDD réitère sa compassion et sa solidarité et s’incline une fois devant la mémoire de toutes les victimes.