Economie

Le Togo devient 18ème pays africain actionnaire de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique

Publié le mardi 28 avril 2020, par Leader

L’adhésion à Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA) offre aux pays africains une capacité supplémentaire en matière d’assurance du commerce et des investissements et renforce la notation de risque de leurs dettes souveraines.

Anticipant le resserrement de capacité en matière d’assurance du commerce et des investissements, suite à la crise sanitaire du COVID-19, de nombreux pays africains accélèrent leur adhésion à l’ACA.

Le Togo devient le 18ème pays africain à adhérer à l’ACA, avec une participation de 12,5 M d’USD, grâce à un prêt concessionnel octroyé par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) (www.EIB.org) ; l’adhésion à l’ACA offre aux pays africains une capacité supplémentaire en matière d’assurance du commerce et des investissements et renforce la notation de risque de leurs dettes souveraines ; une capacité adéquate dans le domaine de l’assurance est considérée comme un élément essentiel pour atténuer les effets économiques négatifs liés au COVID-19.

Le gouvernement du Togo a annoncé la conclusion de l’adhésion du pays à l’Agence pour l’Assurance du commerce en Afrique (ACA), devenant ainsi le 18ème actionnaire souverain africain. L’adhésion du Togo, soutenue par la Banque Européenne d’Investissement (BEI), souligne l’importance du nombre de pays d’Afrique de l’Ouest récemment devenus membre de l’agence de garantie multilatérale de l’Afrique, le Ghana, le Niger et le Nigeria ayant tous conclu leur adhésion au cours des neuf derniers mois. Cette tendance devrait se poursuivre dans la mesure où de nombreux pays ont exprimé la volonté de pérenniser les flux d’investissement et de commerce sur le continent.

« Alors que nous nous préparons à gérer les dommages économiques dus au coronavirus, les gouvernements africains se concentrent sur l’atténuation des impacts à court et à long terme. La capacité d’assurance est un aspect majeur dans notre capacité à redresser la situation et à faire en sorte que les projets fondamentaux bénéficient des financements et garanties nécessaires. Nous considérons l’adhésion à l’ACA comme un élément nécessaire à notre capacité à soutenir l’économie et à surmonter cette crise », a déclaré l’honorable Sani Yaya, Ministre de l’Economie et des Finances.

« L’adhésion du Togo rapproche l’ACA vers un actionnariat plus largement panafricain, comprenant des pays situés d’un bout à l’autre du continent. La crise COVID-19 accroît la pertinence des institutions africaines de financement du développement telles que l’ACA. Alors que le monde s’efforce de maîtriser cette pandémie qui évolue rapidement, les ressources combinées des institutions africaines seront nécessaires pour contrer efficacement cette nouvelle crise qui menace le développement de l’Afrique », a souligné John Lentaigne, Directeur Général par intérim de l’ACA.

Parallèlement à la finalisation de la prise de participation du pays, l’ACA a soutenu le Togo dans l’obtention d’un prêt quasi-concessionnel sur 10 ans destiné à restructurer et refinancer une partie de sa dette publique court terme et onéreuse. Le Togo a pu intégrer dans la restructuration de la dette, le solide crédit d’ATI qui a permis au Togo de baisser son taux d’emprunt à un chiffre.

Tenant compte du rôle important que l’ACA joue dans la croissance économique de la région, la BEI a octroyé un prêt concessionnel de 12,5 M d’USD alloué à la participation du Togo dans l’ACA. Le financement global de 37,5 M d’USD finalisé par la BEI en 2019 couvre les participations du Niger, du Togo et du Cameroun. L’adhésion du Cameroun devrait être annoncée prochainement et des financements supplémentaires pourraient être accordés à d’autres pays en 2020.

« Une coopération étroite entre les partenaires africains et européens est essentielle pour réussir à réduire l’impact sans précédent de COVID-19 et à lutter contre les retombées économiques négatives du virus, tant au niveau mondial qu’au sein des économies les plus vulnérables. Les partenaires régionaux tels que l’ACA jouent un rôle précieux de soutien des économies africaines en fournissant une assurance qui contribue à maintenir les investissements et les flux commerciaux à un moment où ils sont plus que nécessaires », a précisé Ambroise Fayolle, Vice- Président de la BEI.

L’adhésion à l’ACA offre aux pays la possibilité de réduire leur niveau d’endettement, mais elle offre également aux investisseurs et aux financiers mondiaux la garantie que les transactions souveraines et autres investissements sont soutenues par une agence de garantie d’assurance à solide réputation et hautement notée.

La plupart des marchés africains souffrent d’une pénurie perpétuelle d’assurance investissements, sans lesquels, les investissements cruciaux, qu’il s’agisse de fonds propres ou de dettes, ainsi que le commerce transfrontalier resteront limités. La propagation du coronavirus aggrave la pénurie de ce type d’assurance en Afrique. La présence de l’ACA est donc, plus que jamais, un élément clé de la capacité de nombreux pays à rester des destinations attractives pour les investissements.

Alors que les pays africains commencent à constituer des tampons contre les potentiels dégâts économiques liés au COVID-19, la capacité d’assurance des investissements est considérée comme un élément essentiel du soutien financier qui sera nécessaire pour consolider les économies de nombreux pays africains.