Environnement

Le Togo en quête de ressources pour lutter contre les changements climatiques

Publié le vendredi 11 octobre 2019, par Leader

Partant du constat selon lequel la planète se réchauffe à un rythme sans précédent avec les conséquences qui en découlent entre autres, les inondations, l’élévation du niveau de la mer, la mauvaise répartition des pluies, les sécheresses etc, accentuant la dégradation des ressources naturelles et remettant en cause les efforts de réduction de la pauvreté, le gouvernement avec le soutien de ses partenaires s’investissent pour inverser la tendance en vue d’être à l’abri des conséquences néfastes qui résultent des changements climatiques.

Pour cela, le ministère de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature en collaboration avec ses partenaires que sont entre autres, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) , a ouvert ce jeudi 10 octobre à Lomé et ceci pour deux (2) jours, un atelier national de haut niveau sur la finance climat.

Cette rencontre de deux (2) jours a servi de cadre d’échanges sur les moyens à mettre en oeuvre en terme de mobilisation de ressources avec les partenaires financiers et techniques qui interviennent au Togo dans la lutte contre les changements climatiques.
Il y a aussi question de renforcer les capacités des acteurs au niveau des différents secteurs pour qu’ils soient à même de préparer des projets éligibles et bancables respectant les critères et canevas des partenaires dans le but de mobiliser le maximum de ressources pour lutter contre les changements climatiques.

Pour le Professeur David Wonou Oladokoun, ministre de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature, "le débat sur les changements climatiques n’est plus un sujet exclusivement réservé aux seuls scientifiques ou experts du climat".

Conscient des enjeux des changements climatiques, le Togo participe à la réponse planétaire vis-à -vis de la menace du phénomène pour maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de deux (2) degrés celsius.
Ainsi, à travers son document de Contributions Déterminées au niveau National (CDN), le Togo s’engage à réduire ses émissions de 11,14% à l’horizon 2030 sur la base des 20,45 Megatonnes (20,45 millions de tonnes) de gaz carbonique équivalent qu’il a émis jusqu’en 2010. Aussi, il s’engage à les réduire à hauteur de 20% dans la perspective des appuis supplémentaires attendus des partenaires techniques et financiers.

"Les besoins financiers pour la mise en oeuvre des mesures consignées dans les CDN sur la période 2010 à 2030 sont évalués à 3,54 milliards USD dont 1,54 milliards USD pour l’adaptation et 1,1 milliards USD pour l’atténuation, 0,5 milliard USD pour le transfert de technologie et 0,4 milliard pour le renforcement de capacités", a indiqué le Prof David Wonou Oladokoun.

Cette volonté d’oeuvrer en faveur du climat se traduit dans le Plan
National de Développement (PND 2018-2022) à travers des mesures et actions en faveur du climat et des populations vulnérables aux changements climatiques.
Ces mesures sont : le renforcement des actions en faveur de l’efficacité et des technologies sobres en carbone ; la promotion d’une gestion intégrée et durable des ressources en eau ; le renforcement de la résilience des systèmes et moyens de production du secteur de l’agriculture ; le renforcement des capacités d’adaptation des établissements humains (bâtiments et villes) aux changements climatiques et, la protection de la zone côtière.