Société

Le Togo, la prochaine base du cluster maritime francophone

Publié le dimanche 27 janvier 2019, par Yiago Nazzarrio

Dans le but d’installer un cluster maritime de l’Afrique francophone au Togo, une rencontre d’échanges a réuni ce vendredi 25 janvier 2019 à Lomé, les responsables du Haut Conseil pour la Mer et ceux du cluster maritime français. Ladite initiative vise à restaurer l’importance du maritime au sein de la francophonie.

Ainsi, au bénéfice de l’ensemble de la croissance bleue de la sous région et plus largement de l’espace francophone maritime, le Togo se verra installer dans les prochaines semaines la base du cluster maritime de l’Afrique francophone.

<< Au titre des clusters maritime français, je suis très enthousiaste car j’ai rencontré des acteurs très motivés à s’unir pour faire avancer significativement la croissance bleue >> a laissé entendre Frédéric MONCANY de Saint-AIGNAN, Président du Cluster maritime Français.

L’installation dudit Cluster au Togo est une manière pour les responsables du Cluster maritime Français d’ancrer le secteur maritime de l’Afrique de l’Ouest au Togo, bref montrer qu’il est le pilier de l’économie bleue de la sous région.

Le Port Autonome de Lomé (PAL), port en eau profonde est classé premier port de l’Afrique de l’ouest devant celui du Nigeria, selon l’analyste néerlandais Dyanamar auteur d’un classement, publié en novembre dernier par l’agence Ecofin .« Le Port Autonome de Lomé a connu, sous l’effet de réformes de modernisation, une croissance rapide du volume des conteneurs qui transitent à Lomé. Ce volume a presque triplé se situant à plus de 283% en 5 ans seulement dans un contexte où les volumes dans la région ont à peine augmenté ».

Pour Stanislas BABA, Conseiller pour la Mer, << Des efforts se font en vue de développer les collaborations, les enjeux, les affaires et par ce biais, avoir le développement des entreprises, créer des emplois bref faire du monde maritime un levier de développement >>.

Les océans couvrent deux tiers de la surface du globe, un tiers de la population vit dans les zones littorales et un dixième des plus grandes agglomérations mondiales sont des ports. La mer joue donc un rôle clé dans la mondialisation économique et la durabilité de la prospérité mondiale.

Dans un monde en rapide mutation, la gouvernance des zones maritimes internationales, l’innovation dans la production d’énergie durable et la conservation des pêcheries sont cruciales.

De plus, 80 % du tourisme mondial se concentre sur les côtes, rendant plus pressante encore la nécessité d’une bonne gestion publique de ces zones. La mer offre également de nouvelles sources d’énergie. L’éolien maritime se développe rapidement et pourrait représenter jusqu’à un tiers de la production d’énergie éolienne d’ici 2050.

Les organisations internationales accentuent leurs efforts pour définir le potentiel de « l’économie bleue ».

KPOWOADAN Yao