Politique

Mali/ Les propositions de la Cedeao ne sont pas du goût du M5-RFP

Publié le mardi 21 juillet 2020, par Leader

La résolution de la crise malienne a du plomb dans l’aile. Pour tenter de trouver une issue heureuse à la crise politique que traverse le Mali, la mission de médiation de la Cedeao sur la résolution de la crise malienne a dû prolonger son séjour de 24 heures.
Dans un communiqué datant du 19 juillet, la médiation, tout en écartant l’hypothèse de la démission du président Ibrahim Boubacar Keita avant la fin de son mandat en 2023, propose entre autres, le remembrement de la cour constitutionnelle, le réexamen des résultats du second tour des récentes élections législatives dans les circonscriptions concernées par les litiges et surtout la formation d’un gouvernement d’union nationale composé de 50% par la majorité, 30% pour l’opposition et 20% pour la société civile.

Le M5-RFP, composé de membres de la société civile, de religieux et d’opposants politiques, n’a pas favorablement répondu aux propositions de sortie de crise de la Mission de médiation de la Cedeao.

Selon Jean Claude Kassi Brou, président de la commission de la Cedeao, " Si on ne respecte pas la constitution, c’est la porte ouverte à tout. La constitution dit que les élections, c’est tous les (5) cinq ans. Au niveau de la Cedeao, nous ne pouvons pas accepter des prises de pouvoir par des formes non constitutionnelles. Cela a été des points clairs. Le M5-RFP a été très franc avec nous. Nous avons été à notre tour très franc avec lui."