Economie

Mois du consommer local : La stratégie de communication passée au peigne fin

Publié le lundi 2 novembre 2020, par Leader

Partant du constat selon lequel les habitudes de consommation des populations sont extraverties, ce qui est une contrainte sur le développement de la production locale, les Etats de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ont décrété le mois d’octobre, le mois du consommer local.

Au Togo, dans la fièvre du "Mois du consommer local", plusieurs activités et actions sont organisées par le ministère du commerce, de l’industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, histoire d’ancrer cette habitude au sein de la population.

Pour cela, dans le cadre des stratégies de communication dans la droite ligne du "Mois du consommer local", placé sous le thème "La promotion de la consommation locale : Défis et perspectives dans la mise en œuvre du PND", un panel a réuni le 30 octobre à Lomé les responsables de plusieurs institutions entre autres, le ministère du commerce, le groupe Ecobank, OADEL et autres. Cette rencontre a permis de développer plusieurs actions de communication. Ainsi, l’ensemble des populations togolaises a été visée à travers un message, sans oublier les intervenants car la promotion de la consommation incarne un processus qui prend en compte plusieurs acteurs, de la production à la consommation. Le mois d’octobre a été initié pour développer diverses actions, de communication, évènementielles, et également, créer des forums de réflexion pour propager l’idée de la consommation locale.

Pour Kodjo Adedze, ministre du commerce, "notre vision est de mettre en place une stratégie pérenne de production de la consommation locale. Ce mois du consommer locale nous a permis d’être plus proche des producteurs sur toute la chaîne et nous travaillons pour voir ce que le gouvernement peut apporter en terme d’accompagnement".

Vu l’enjeu que représente la consommation locale, l’implication de tous les acteurs jouera un rôle important dans l’atteinte des objectifs.

"Quand on parle de banquier, généralement on regarde le coté financement, le coté crédit. Mais le rôle du banquier a aussi évolué. Nous mettons en place un certain nombre d’accompagnement notamment, l’accompagnement technique qui permet d’aider les producteurs locaux à mieux s’organiser grâce aux compétences techniques et managériales pour la mise en place d’une structure pérenne", a expliqué Souleymane Toure, Directeur Général d’Ecobank.

La vraie création de valeur commence au plan local. Consommer local, c’est enrichir son voisin immédiat. Ainsi donc, l’Etat s’engage à poser des actes forts pour accompagner les productions locales et faire du consommer local, une habitude au sein de la population.