Diplomatie TICAD V au Japon

Restitution des travaux par le ministre Mawussi Sémodji

Publié le dimanche 9 juin 2013, par Leader

La cinquième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD V) qui s’est déroulée du 1er au 3 juin 2013 à Yokohama au Japon a fait l’objet de débat ce dimanche lors du compte rendu des travaux à la presse, par le ministre de l’Aménagement du Territoire, Djossou Mawussi Sémodji, au CASEF à Lomé.
Pour le ministre, l’aide japonaise est beaucoup plus bénéfique car il est question de transfert de technologie et de transformation des matières premières africaines sur place. Contrairement à la Chine qui fait de l’aide avec ses entreprises et ouvriers pour l’exécution des travaux, le Japon pense plutôt que les Africains doivent être eux-mêmes à la commande.
Le Japon, pour matérialiser ce transfert de technologie, a créé une université au Kenya pour former les Africains dans l’automobile.
Cette « grande rencontre qui se veut très bénéfique pour l’Afrique » avec 32 milliards de dollars du Japon pour le développement du continent africain a permis aux participants qui sont des chefs d’Etat et de gouvernement africains, des délégations du Japon, des organisations internationales et régionales d’Afrique et d’Asie, du secteur privé et de la société civile, d’explorer de nouvelles orientations pour l’essor des pays africains.
Cette aide qui s’étale sur 5 ans permettra de relever les défis et d’œuvrer pour une croissance de qualité, grâce à des actions concertées en vue de la promotion d’une économie solide et durable, d’une société inclusive et résiliente, de la paix et la stabilité et de la promotion d’une croissance transformatrice.