Médias Sous le feu du danger

Robert Kossi AVOTOR encore victime d’attaque des prédateurs de la presse

Publié le lundi 20 février 2017, par Leader

Après la torture subie le 7 février dernier alors qu’il était sur le terrain de reportage, Robert Kossi AVOTOR (photo), journaliste au bihebdomadaire "L’Alternative", vient d’échapper à un accident suspect ce 19 février et qui serait causé par ses détracteurs. Selon les informations, suite à la torture subie le 7 février, il a voulu ester en justice ; ce qui n’est pas du goût de ses bourreaux.
Voyant le danger qui guette le journaliste, des organisations de la société civile ont saisi par lettre ce 20 février le ministre de la Sécurité afin de prendre des dispositions pour épargner la victime de ces attaques permanentes. Lecture !

Monsieur le Ministre,
Il est donné de constater que depuis l’agression physique dont a été victime Robert Kossi AVOTOR du bihebdomadaire « L’Alternative » le mardi 7 février 2017 à Akato Viépé dans le canton de Sagbado, des menaces ne cessent de s’abattre sur sa personne. L’accident suspect survenu ce 19 février dont il est victime une fois encore, confirme la thèse selon laquelle, sa vie serait sérieusement en danger.
Or, la Constitution togolaise, en son article 22 stipule : « tout citoyen togolais a le droit de circuler librement et de s’établir sur le territoire national en tout point de son choix dans les conditions définies par la loi ou la coutume locale… »
Le non respect de cette disposition confère une certaine nullité à vos multiples démarches et initiatives pour la sérénité entre les forces de l’ordre et de sécurité et les professionnels des médias.
Du moment où l’agression viole les dispositions de la loi fondamentale ainsi que le code de déontologie des journalistes du Togo en son article 24 qui dispose : « le journaliste muni de sa carte de presse, a droit partout à la sécurité de sa personne, de son matériel de travail, à la protection légale et au respect de sa dignité », votre département devrait se saisir du dossier pour redresser la barre.
C’est pour cette raison que nous, organisations de la société civile, demandons votre implication active pour non seulement identifier et décourager les auteurs de ces forfaitures, mais également mettre des dispositions sécuritaires autour de la personne de Robert Kossi AVOTOR.
Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, nos salutations distinguées.
Ont signé :
- Claude KOUFFE, Président de Action Solidarité Urgence Développement (Action SUD)
- Narcisse AZANLEKO, Vice-Président de l’Association des Victimes de Torture au Togo (ASVITTO)
- Dosseh SOHEY, Président du Comité de Réflexion et d’Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (CRAPH)
- Biova Kwassi Assiba JOHNSON, Président du Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement section Togo (REJADD-Togo)
- Yawo KLOUSSE, Président de Solidarité Planétaire branche du Togo (SP BT)