Economie

Sialo 2018 : Seconde conférence-débat sur les instruments de financement

Publié le jeudi 25 octobre 2018, par Leader

Dans la grande salle de conférence du Centre togolais des expositions et foires de Lomé (Cetef-Lomé), la seconde journée du Sialo 2018 est terminée avec la conférence-débat sur les instruments de financement. Quatre personnalités ont eu à intervenir sur des sujets notamment ’’le modèle du mécanisme incitatif de financement agricole (Mifa)’’ par Darago Rachid, les modèles Pasa et Ppaaoo par Yaosse Gbehossou, ’’investir dans le secteur agricole au Togo’’ par Pitcholo Passama et ‘’Anpgf’’ par Mme Bella Dogbe-Tomi.
M. Darago Rachid a dressé le constat selon lequel le secteur agricole est sous-financé malgré sa contribution à hauteur de 30% du PIB national. ’’C’est pour cela, suggère-t-il, qu’il faille œuvrer pour le financement du secteur agricole.’’
Quelque part, cette rétissance des acteurs financiers s’explique par le fait que le paysan togolais n’a pas encore intégré la notion relative à la maîtrise de l’eau ; l’agriculture étant soumise aux caprices de dame nature. En outre, il est à remarqué que des fonds destinés à l’agriculture sont souvent détournés.
Afin de protéger les agriculteurs et mieux les organiser à rentabiliser leur secteur, il était procédé à la signature d’un contrat avec la brasserie à qui les producteurs pourvoiront des tonnes de riz pour brasser la bière. Côté assurance, les agriculteurs bénéficient désormais de l’assurance maladie, sécheresse et accident.
Le gouvernement, pour rendre le secteur compétitif, a signé des contrats avec des institutions financières, des coopératives, etc. ’’A ce jour, 4000 producteurs sont concernés par ce mécanisme incitatif’’, a laissé entendre Darago Rachid.
Quant à Yaosse Gbehossou, les bénéficiaires du financement agricole doivent avoir au moins 20 volailles et/ou 15 petits ruminants. En matière statistique, ’’88 sous-projets ont reçu un financement de 1,2 milliard FCFA et 103 points piscicoles sur toute l’étendue du territoire sont financés...’’
En ce qui concerne la 3e communication axée sur l’investissement dans le secteur agricole au Togo, Pitcholo Passama a renchéri que ’’seulement 1% des terres cultivées sont irriguées, avec une agriculture moins mécanisée et sans maîtrise de l’eau.’’
Il encourage donc les acteurs à s’investir plus dans le secteur agricole en bénéficiant de la politique de facilitation de création d’entreprise.
Pour Mme Bella Dogbe-Tomi, intervenant à propos de l’agence nationale de promotion et de garantie de financement des PME/PMI, l’Anpgf est ’’une agence nationales chargée de la promotion et du développement des petites et moyennes entreprises, en synergie avec les structures publiques et privées poursuivant les mêmes objectifs.’’
L’Anpgf intervient dans l’appui-conseil, les formations, le renforcement des capacités techniques et managériales des dirigeants d’entreprises, etc.