Santé

Togo/1er congrès scientifique des orthophonistes du 20 au 22 août à Lomé

Publié le dimanche 19 août 2018, par Leader

Lomé accueille du 20 au 22 Août prochain, le premier congrès scientifique international de la Fédération des Organisations d’orthophonistes d’Afrique Francophone (FOAF). L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse organisée mardi 14 Août à Lomé. Cette rencontre avec la presse a pour objectif de mettre au parfum les hommes de médias de ce qui a été fait depuis plusieurs mois , faire l’état des lieux des activités de la FOAF et aussi, présenter les perspectives d’avenir.

"Troubles spécifiques du langage et des apprentissages en Afrique : enjeux et défis", c’est sur ce thème que se tiendra ledit congrès pendant trois (3) jours. Entre autres activités au cours dudit congrès, sept (7) conférences et des communications avec la participation d’une dizaine de nationalités pour environ deux cents cinquante (250) participants.
Au cours des travaux, il y aura des présentations de recherches et des partages d’expériences au grand public dans la prise en charge des enfants qui présentent des troubles de langage. Aussi, ce congrès va-t-il permettre de mener des réflexions pour une prise en charge efficiente des enfants souffrant des troubles de langage.

Pour Emmanuel Etongnon, président de la FOAF, " Ces enfants ont besoin de l’aide pour surmonter leurs difficultés."

Une des professions naissante en Afrique surtout celle francophone, seul le Togo dispose dans la sous région d’une école de formation en filière orthophoniste et ceci, depuis 2003 avec une première vague de diplômés datant de 2006 pour au total 63 orthophonistes dont 45 Togolais, tous formés à l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM).

La FOAF a pour but entre autres de : promouvoir l’orthophoniste à travers la coordination des actions de ses membres, favoriser l’harmonisation des législations professionnelles dans les pays, prévenir les troubles du langage de la communication et des fonctions Ora-myo-faciales au sein des populations, œuvrer pour l’harmonisation des normes et pour la qualité de la formation initiale en orthophonie, œuvrer pour la reconnaissance de la profession et son enracinement en Afrique et aussi, promouvoir la qualité des pratiques et la formation continue en orthophonie.

Charles K