Politique

Togo/Assemblée nationale/L’ouverture de la 2eme session ordinaire boycottée par l’opposition

Publié le mercredi 4 octobre 2017, par Leader

Certains députés ont simplement choisi la politique de la chaise vide ce mardi 03 octobre à Lomé lors de la cérémonie d’ouverture de la 2eme session ordinaire de l’Assemblée Nationale dirigée par son président DAMA DRAMANI.

Au cours de ladite cérémonie, 58 présences et 4 procurations ont été enregistrées. Le quorum étant atteint, la cérémonie a suivi son bonhomme de chemin en présence du chef du gouvernement Selom KLASSOU ainsi que certains ministres, 3 anciens présidents de l’Assemblée Nationale dont AGBEYOME Kodjo, des présidents des Assemblées Nationales des pays amis à savoir : la Guinée Bissau, le Madagascar et le Mali. On note également la présence du Secrétaire Général de l’Union Interparlementaire (UIP), des membres du corps diplomatique et consulaire, des autorités administratives, traditionnelles, religieuses et autres.

Dans sa prise de parole, le président de l’Assemblée Nationale DAMA DRAMANI n’a pas passé sous silence la crise socio-politique que traverse le Togo avec des manifestations de rue organisées depuis quelques semaines par l’opposition et aussi des contres manifestations par le régime. Lesquelles manifestations malheureusement sanctionnées par des affrontements entre forces de l’odre et manifestants de l’opposition avec á la clé des arrestations, des blessés et décès.
"Les fils et filles de ce pays doivent faire preuve de patriotisme afin de privilégier les seuls intérêts de l’entité la plus chère que nous avons en partage pour toujours", a-t-il déclaré.

Tour à tour, les invités ont appelé les élus du peuple au dialogue pour trouver une solution à la crise.

Pour Martin CHUNGONG, Secrétaire Général de l’UIP, "face à la situation actuelle, l’appel à l’écoute de l’autre est nécessaire pour la conservation de l’unité nationale".
Il a pour sa part invité les médias à transmettre des informations fiables et crédibles à la population.

"Que cette rentrée permette aux locataires de l’hémicycle de renforcer l’arsenal juridique du pays" a laissé entendre Cipriano CASSAMA, président de l’Assemblée Nationale de la Guinée - Bissau.

Face aux nombreux appels au dialogue, reste à savoir si les clivages politiques pourront être transcendés pour permettre une bonne cohabitation entre majorité à l’Assemblée nationale et l’opposition.
Pour rappel, depuis quelques semaines l’opposition qui lutte pour un retour à la constitution de 92, a contraint le gouvernement a envoyé à l’hémicycle un projet de loi qui sera majoritairement amendé par l’opposition mais, lesquels amendements ont étés rejetés en bloc par la majorité.
Ce projet de loi du gouvernement a été adopté plus tard par la majorité, sans le concours de l’opposition qui réclame purement et simplement un retour à la constitution de 1992.

KPOWOADAN Yao