Société

Togo/Bilan à mi-parcours des projets FAIEJ, PPEJ et PRADEB

Publié le lundi 18 décembre 2017, par Leader

Le gouvernement, par le biais du ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), s’est donné depuis quelques années pour mission de faire la promotion de l’emploi des jeunes.Pour cela, il a mis en place plusieurs mécanismes pour motiver et accompagner les jeunes dans des initiatives d’auto-emploi.
Au nombre de ces mécanismes on peut citer le Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ), le Programme d’Appui au Développement à la Base (PRADEB) et le Programme de Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes (PPEJ) dont l’évaluation sur une période allant de 2013-2015, présentée ce mardi 12 décembre à Lomé par le gouvernement fait état de 2600 emplois crées avec environ 2milliards 600 millions de FCFA mis pour les 3 programmes.

Pour BARONDIBOU Daniel, consultant, "ces programmes ont emmené les jeunes à changer de mentalités. Aujourd’hui, les jeunes rêvent d’être chefs d’entreprise, être leur propre patron. Ce changement de mentalité est un impact considérable pour le développement du Togo".

Dans l’ensemble, les trois mécanismes ont été de véritables opportunités de promotion d’emplois des jeunes au Togo avec 1332 micros entreprises créées et aussi, la création d’un pool de compétences en matière d’appui accompagnement des initiatives de création d’emploi.

"Il faut mettre assez d’argent dans ces mécanismes pour pouvoir booster cet élan car le problème réel au Togo, c’est celui de l’emploi. Si l’Etat s’y investit en mettant plus d’argent et de ressources, il y aura un changement structurel de notre pays d’ici à quelques années", a ajouté BARONDIBOU Daniel, consultant.

Selon les responsables de ces mécanismes, l’objectif est atteint. Les 3 projets se justifient entre autres par la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations, l’insertion des femmes et des jeunes dans la vie économique, la réduction des déséquilibres géographiques et la cohésion sociale.

KPOWOADAN Yao