Santé

Togo/ Cri d’alarme du PNLMNT face aux Maladies Non Transmissibles

Publié le mercredi 3 janvier 2018, par Leader

Le cabinet du ministère de la santé a servi de cadre pour une conférence de presse animée ce vendredi 29 décembre à Lomé par le Programme National de Lutte contre les Maladies Non Transmissibles (PNLMNT) qui, depuis un bon moment, mène une campagne de sensibilisation et de dépistage à travers divers canaux en vue de combattre les Maladies Non Transmissibles (MNT).

Après son passage à la 14 ème Foire Internationale de Lomé (FIL) oú 10 000 personnes ont été sensibilisées et 1438 dépistées, les responsables du Programme Nationale de Lutte contre les Maladies Non transmissibles avec le ministère de la santé ont organisé une deuxième campagne de sensibilisation et de dépistage gratuit à la 33ème quinzaine commerciale de Lomé du 22 au 30 décembre 2017.

A cette rencontre, au total 545 visiteurs ont été dépistés pour : 145 cas d’hypertendus dépistés (HTA) soit 26,61%, 25 cas de diabète soit 4,59%, 5 cas de diabète et de HTA combinés dépistés soit 0,92% et 335 cas de surpoids/obésité soit 61,47%.
Aussi, 1000 dépliants de sensibilisation (MNT et Drépanocytose) ont été distribués, sans oublier les émissions radiophoniques faites sur ledit site.

Au Togo, l’enquête STEP réalisée en 2010 a montré que les principaux facteurs de risques responsables aux MNT se retrouvent presque dans tous les groupes sociaux et spécialement dans les groupes vulnérables, tels que les retraités, les personnes âgées, les personnes à faible niveau d’instruction, les enfants, les jeunes et les femmes en âge de procréer.
Elle a également révélé que l’évaluation du risque combiné des MNT montre que sur les six régions sanitaires, la région sanitaire Lomé-commune vient en tête avec 19,2% de la population ayant 3 à 5 facteurs de risque combinés.

Pour BELO Mofou, chef de division surveillance des MNT, :" Nous pouvons globalement retenir que les Togolais s’intéressent de plus en plus à leur santé. Nous sommes à notre niveau satisfaits de l’activité que nous avons menée".

La recrudescence à l’échelle planétaire des Maladies Non Transmissibles qui aujourd’hui sont considérées non seulement comme un problème de santé publique mais aussi comme un problème économique et politique a amené l’Organisation des Nations Unies (ONU), à en tenir compte.
Pour cela, en définissant les Objectifs de Développement Durable (ODD), l’ONU les a inscrites dans l’ODD 3, cible 4:réduction de la mortalité due à des MNT et la promotion de la santé mentale.

Pour faire face à ce fléau, le gouvernement togolais a fait de la lutte contre les MNT une priorité en l’inscrivant à l’axe 4 dans son Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2017-2022.

"Pour arriver à faire baisser les complications liées aux MNT, qui sont des maladies qui découlent du comportement, il faut manger moins gras, moins sucré, moins salé, pratiquer le sport, éviter la consommation des produits stupéfiants et des faux médicaments, éviter l’alcool et aussi, respecter le code de la route pour éviter les accidents". a ajouté BELO Mofou.

KPOWOADAN Yao