Politique

Togo/Crise politique/La jeunesse de l’opposition recadre le débat

Publié le mardi 31 octobre 2017, par Leader

« Mobilisation populaire pour le retour de la constitution de 1992 : comprendre le sens des notions de peuple, de paix et de violence » est le thème central qui a fait l’objet de débat ce 30 octobre 2017 au CESAL à Lomé en présence des jeunes venus de différents partis de l’opposition togolaise. A en croire les initiateurs de cette rencontre, le peuple, la paix et la violence sont des thèmes de plus en plus galvaudés surtout en cette période de crise politique au Togo.
Jean Eklou de l’ANC, Germain Sossou de Togo Autrement, Gérard Akoumey de Les Démocrates se sont joints au conférencier principal Emmanuel Gnagnon des FDR pour expliquer ces différentes notions dans le contexte politique qui est le nôtre.
Dans le développement du conférencier principal, l’oligarchie, comparable au cas du Togo, est un régime dont la minorité détient tous les pouvoirs. En d’autres termes, l’oligarchie donne naissance au peuple objet qui n’a pas le droit aux privilèges, aux ressources du pays, contrairement au peuple sujet qui est non seulement au centre de la gestion de la cité, mais également représentatif et peut décider de ses dirigeants.
« L’oligarchie incarne en son sein de la violence du moment où elle est une accumulation du capital entre les mains d’une minorité face au peuple », a relevé Emmanuel Gnagnon (au micro), enseignant-chercheur aux universités du Togo.
De ce point de vue, un peuple qui veut reconquérir sa liberté peut passer par des moyens pour faire face à cette oligarchie. En filigrane, c’est le caractère violent de ce système antidémocratique qui donne naissance aux soubresauts, « somme toute légitimes » du peuple.
Après cet exposé, d’autres intervenants aussi bien du podium que du public ont enrichi le débat.