Sports

Togo/ FC Agbata s’offre le trophée du tournoi du jeu à quatre dans la commune d’Agbodrafo

Publié le jeudi 26 juillet 2018, par Leader

En prélude à la célébration de la Journée Internationale de la femme Africaine le 31 juillet prochain, les responsables du parti Union pour la République (UNIR) de la commune Lacs 3 d’Agbodrafo ont organisé un tournoi de football, petit poteau (un jeu à quatre) sous le thème de la non violence, les 21 et 22 juillet 2018 sur le stade de Dagué-zogbédji, une localité située sur la Nationale N°2 à environ 30 km au Sud-Est de Lomé la capitale.

Au total huit (8) équipes de la localité à savoir, USK, Zénith, Ajax, Team Sado, Mogaz, Académie, FC Agbata, Esprit Sacré, ont pris part au tournoi.
Ce tournoi qui a reçu l’adhésion de la population des villages environnants s’est déroulé dans une ambiance conviviale.

Au finish, la finale a été disputée entre FC Agbata et Esprit Sacré.
Au temps réglementaire, les deux équipes se sont séparées sur un score de 0 but partout.
Les fatidiques séances des tirs au but ont tourné en faveur de FC Agbata qui s’en sort avec 2 tirs contre 0 face à Esprit Sacré.

" Le football ça rassemble et c’est un canal par lequel on peut passer un message. Ma présence est une opportunité pour ses jeunes car je pourrais piocher quelques éléments ", a laissé entendre Tchanilé Tchakala, ex sélectionneur des éperviers du Togo, actuel président du district du littoral.

Pour Amédokpo Prosper, capitaine de FC Agbata, " On s’est donné à fond pour remporter cette dame coupe ".

Cette rencontre a vu la participation de certains cadres du parti Union pour la République (UNIR) qui sont venus soutenir l’événement.

La grande finale a été précédée d’un match d’exhibition entre deux équipes féminines, Apache FC et USCK de Kpémé.

" Je suis très émue de la réussite et de l’engouement autour de ce tournoi. J’invite les jeunes à écouter et à obéir aux autorités du pays ", a déclaré Messan Adjokô Enyonam, Déléguée des femmes UNIR de la commune Lacs 3 d’Agbodrafo.

Le 31 juillet a été consacré "Journée de la femme africaine" à l’occasion du premier congrès de l’Organisation Panafricaine des Femmes (PAWO en anglais) qui s’était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974.

La date historique de 1962 souvent retenue pour cette journée est le 31 juillet 1962. Ce jour là, à Dar es Salaam (Tanzanie), des femmes de tout le continent africain s’étaient réunies pour la première fois et avaient créé la première organisation de femmes, la "Conférence des Femmes Africaines" (CFA).
Le rôle historique joué par les femmes en Afrique témoigne de leur capacité de réaliser et conduire les changements sur le continent. Souvenons-nous que les peuples africains se libéraient alors peu à peu de la tutelle des pays colonisateurs.

La libération totale du continent africain, l’élimination de l’apartheid et l’instauration d’une justice commune qui défende les droits de l’Homme en tant qu’être humain, devenaient alors les objectifs prioritaires du mouvement.
Charlespi YAO YAO