Politique

Togo/Inégale ‘’répartition’’ de la démocratie sur le territoire

Publié le lundi 30 octobre 2017, par Leader

Lorsqu’il s’agit d’apprécier la démocratie et l’Etat de droit au Togo, il y en a, toutes tendances confondues, qui soutiennent sans ambages que les choses ont un peu évolué en matière de la liberté d’expression et d’opinion. Ils citent comme exemple les débats qui se déroulent sur les médias.
Même si ces allégations sont vérifiées, les partisans de ce courant de pensée se rendent compte que le territoire est inégalement ‘’réparti’’. Il suffit d’un tour dans les autres agglomérations en dehors de Lomé la capitale pour remarquer aisément le pied cassé de l’éléphant. Les choses ne s’y passent pas comme dans la capitale malgré que cette-ci présente, elle aussi, assez de lacunes en matière de démocratie et de l’Etat de droit.
L’eau vient d’être apportée au moulin à ceux qui demeurent toujours sceptiques quant à la bonne marche de l’Etat de droit au Togo. Les 27 et 28 octobre derniers, la coalition 14 partis politiques de l’opposition a effectué une tournée à l’intérieur du pays pour aller rendre visite aux victimes de la répression ainsi qu’aux détenus dans le cadre des manifestations organisées ces derniers moments pour réclamer le retour à la constitution de 92.
Composée de Jean-Pierre Fabre de l’ANC, Aimé Gogué d’ADDI, Antoine Folly de l’UDS-Togo, Tchassona Traoré de MCD, Georges Kuessan de Santé du peuple, Jean-Kissi du CAR, cette délégation, après avoir entretenu et apporté leur soutien aux détenus politiques dans les prisons de l’intérieur, s’est dirigée vers Kara pour le même exercice. Mais, les leaders ont ‘’rencontré garçon’’ sur le chemin. Après être soumis aux fouilles, il leur est finalement signifié que la zone est inaccessible. Impossible d’y pénétrer, ils ont finalement posé leur valise à Sokodé pour s’entretenir avec la population.
Avant la non hospitalité ou l’inaccessibilité de la terre de Kara par les leaders de l’opposition, c’était le Parti des Togolais qui avait connu le même sort. Il lui a été opposé une fin de non recevoir par rapport à l’une de ses activités politiques qu’il y avait voulu organisé.