Economie

Togo/ La NSCT s’ouvre au Groupe OLAM

Publié le mardi 30 juin 2020, par Leader

Les députés ont procédé ce lundi 29 juin lors de la 8è séance plénière, la dernière de la 1ère session ordinaire, à l’adoption du projet de loi autorisant l’ouverture du capital de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT) en présence de Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances et Noel Koutéra Bataka, ministre de l’agriculture.
L’adoption du présent projet de loi donne le quitus à l’État de rentrer en négociation avec le Groupe OLAM en vue de lui céder tout ou partie de sa participation dans le capital de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT).
Le vote dudit projet de loi est en adéquation avec l’axe 2 du Plan National de Développement (PND 2018-2022) qui vise une transformation agricole selon l’approche chaîne de valeur en vue de l’amélioration de la productivité pour atteindre la sécurité alimentaire, l’équilibre de la balance commerciale agricole, la création massive d’emplois décents pour les jeunes et l’augmentation des revenus des producteurs.

Pour ce fait, les principaux indicateurs de performances sur lesquels l’accent est mis afin de garantir une amélioration de l’ensemble de la filière sont entre autres, l’augmentation substantielle du revenu des cotonculteurs dans trois (3) ans ; l’amélioration du rendement de la production de 600 kg/ ha aujourd’hui pour atteindre un niveau de performance d’au moins 900 à 1000 kg/ ha sur le court terme, avec le développement de la culture attelé et de noyaux d’élevage, en association avec d’autres spéculations telles que le soja et les cultures maraîchères au profit des producteurs vulnérables ; le renforcement du parc industriel ; la participation à la recherche développement pour une optimisation du schéma cultural, de l’utilisation des intrants et l’appui conseil ; l’implication de la réhabilitation des pistes rurales cotonnières pour améliorer la collecte du coton graine et participer également au désenclavement des zones de production agricole.
Dans son plan d’investissement, le Groupe OLAM ambitionne la transformation du coton avec l’implantation des usines textiles au Togo.

Le Groupe OLAM, va aussi oeuvrer avec l’Etat pour assurer la sécurisation de l’approvisionnement en intrants en vue de rendre disponibles à temps, en quantité en qualité des semences, des engrais, des pesticides et des services de mécanisation dont ont besoin les producteurs ; réaliser l’aménagement de pistes afin de contribuer au désenclavement de certaines zones de production cotonnière tout en desservant d’autres spéculations agricoles facilitant le transfert de la production vers les centres d’agrégation et les unités de transformation ; garantir dans une certaine mesure un prix planché rémunérateur sur une période aux producteurs.

Pour Noel Koutéra Bataka, ministre de l’agriculture, "il s’agit donc d’insuffler un nouveau souffle au secteur du coton avec ce nouveau partenaire de renom,le Groupe OLAM."

Le secteur cotonnier apporte quatre (4) points à l’économie lorsque la production dépasse cent mille (100 000) tonnes.
"Nous veillerons à ce que les intérêts des travailleurs soient protégés et préservés", a laissé entendre Sani Yaya, ministre de l’économie.
Le choix du Groupe OLAM fait suite à un voyage d’échanges des autorités dans quelques pays africains dans lesquels opère ledit Groupe notamment la Cote d’Ivoire et le Tchad avec des résultats probants.

Charles Yao