Economie

Togo/ Le CADERDT à pied d’oeuvre pour la réussite du PND

Publié le vendredi 31 août 2018, par Leader

<< l’Intermédiaire Financière au Togo >>, c’est sur ce thème que le Centre Autonome d’Etudes et de Renforcement des Capacités pour le Développement au Togo (CADERDT), a organisé ce mardi 28 août à Lomé conformément à sa mission d’accompagnement des autorités dans la conception et à la mise en œuvre des politiques de développement, un colloque à l’endroit des acteurs du monde de la recherche, des professionnels du secteur financier, du secteurs privé et de l’Etat, afin d’échanger sur les mécanismes visant à optimiser la mobilisation de l’épargne en vue du développement du pays.

Cette rencontre va permettre d’identifier les freins et les solutions pour une meilleure mobilisation de l’épargne au Togo, dans l’espace de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine, et au delà ; identifier les leviers permettant aux intermédiaires financiers de jouer un rôle plus important dans le financement de l’économie.

Dans l’optique d’apporter une réponse claire, cohérente et structurée aux besoins du pays en matière de développement, le Togo s’est doté d’un Plan National de Développement (PND) sur la période 2018-2022, pour une croissance économique créatrice d’emplois. Ledit plan est décliné en trois (3) axes que sont : la mise en place d’un hub logistique d’excellence pour le commerce international accompagnant le développement d’un centre d’affaires de premier ordre dans la sous région ; la création d’emplois à travers le développement des pôles de transformation agricole, manufacturiers, et d’industries extractives ; la consolidation du développement social, et le renforcement des mécanismes d’inclusion.
Pour cela, il est nécessaire de mobiliser assez de ressources financières pour réaliser les investissements qu’il faut en vue d’une croissance économique stable et une prospérité partagée : une des raison qui sous tendent l’organisation de ce colloque de réflexion dans la quête des stratégies idoines dans l’atteinte des objectifs du PND.

Au regard des ambitions, le financement du PND sera assuré à hauteur des deux tiers (2/3) par le secteur privé.

Entre 2016-2017, la part des crédits à l’économie au Togo est toujours faible, bien qu’en progression. Elle représente 35,7% du Produit Intérieur Brut (PIB) nominal, contre 31,4% en 2016 soit une progression de 4,3 points.

Au même moment, la structure des crédits au sein de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) est dominée par les en-cours de court terme qui représentent 48,5% de l’en-cours total des crédits en fin 2016 contre 4,8% pour les crédits de long terme, expliquant ainsi la faiblesse de l’offre de crédit disponible sur le long terme. La part relative aux crédits à moyen terme elle autre, est à 40,8% à la même année.

Prenant la mesure de la chose, la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), a baissé de 0,5% son taux directeur et l’inflexion du coefficient de réserves obligatoires est passée de 5% à 3% des dépôts, visant à favoriser le financement des besoins de l’économie.

KPOWOADAN Yao