Economie

Togo/Le secteur privé s’approprie la feuille de route gouvernementale 2020 -2025

Publié le lundi 11 janvier 2021, par Leader

Le secteur privé joue un rôle très important dans l’économie togolaise, en témoignage sa place dans la contribution du Plan National de Développement (PND).

Pour cela, dans la mise en œuvre de la feuille de route quinquennale gouvernementale 2020 – 2025, une rencontre a été organisée le 08 janvier 2021 à Lomé, laquelle rencontre a été marquée par la présence de plusieurs personnalités du gouvernement avec à leur tête le premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé, des acteurs du secteur privé notamment, la Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT), la Chambre de Commerce européenne au Togo (Eurocham Togo), le Conseil National du Patronat , l’Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET), l’Office Togolais des Recettes (OTR) et les responsables de la filière Café Cacao. Ce cadre a permis aux participants de prendre connaissance de la feuille de route 2020 -2025 et d’échanger ensemble aux mécanismes de financement innovants nécessaires à sa mise en œuvre.

« C’est une bonne chose que l’Etat ait pensé à mettre en place ce cadre de concertation. Le développement d’un pays passe par la bonne santé du secteur privé car, par exemple, 70% des emplois sont créés par le secteur privé. L’Etat tout seul ne peut pas tout faire. Alors, par rapport à son rôle régalien, il met en place des jalons, tout ce qui est attractif et incitatif pour que le secteur privé s’implante de manière solide », a expliqué Nathalie Bitho Manzinèwè, administrateur provisoire de la CCIT.

La feuille de route quinquennale du gouvernement se veut un Togo en paix, moderne avec une croissance économique inclusive et durable de 7 à 8% à l’horizon 2025. Ladite feuille de route s’articule autour de 3 axes qui se déclinent en dix (10) ambitions et de 42 projets et reformes prioritaires.

Le secteur privé étant synonyme d’ambition, d’audace, d’innovation, d’atteinte de résultats, ce cadre de concertation va permettre de jeter les bases de la création d’une alliance nécessaire à sceller entre l’Etat et le secteur privé en vue de bâtir un secteur privé fort, capable de rivaliser avec les entreprises du continent, face aux enjeux d’ouverture des marchés dans le cadre de la mise en place de la Zone de libre – échange continentale en vigueur depuis le 1er janvier 2021 avec une trentaine de pays sur la ligne de départ sur la cinquantaine de pays que compte le continent africain.

Pour Victoire Tomégah Dogbé, Chef du gouvernement, « Je vous invite à une alliance pour affronter ensemble les défis de plus en plus importants avec la crise sanitaire. Une alliance pour répondre aux préoccupations du secteur privé afin qu’il soit plus compétitif, plus résiliant et qu’il continue de jouer le rôle de moteur de l’économie et créateur d’emplois etc. »

Face aux nombreux enjeux de l’heure, même si le Togo est reconnu comme l’un des plus grands réformateurs au monde, le gouvernement sous l’impulsion du Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé, compte aller plus loin dans les reformes pour rendre plus attractif le pays.

Pour Laurent Tamegnon, président du CNP, « Le gouvernement a déployé toute une batterie d’allègements et de facilitation pour renforcer le climat des affaires du pays et, promouvoir l’entreprenariat. Mais, nous voulons aller au-delà pour participer pleinement à la réalisation des objectifs de développement du Togo qui dépend aussi du secteur privé ».

Même si le secteur privé joue pleinement son rôle de moteur de l’économie, il fait face de nos jours à des difficultés surtout avec la pandémie du Coronavirus qui a apporté son lot de difficultés. L’une des difficultés dudit secteur est le financement.

« Le secteur bancaire entend financer les projets déclinés dans les trois (3) axes stratégiques de la nouvelle feuille de route gouvernementale », a dit Koffi Michel Dorkenoo, Directeur Général d’ORABANK Togo.