Economie

Togo/ Top départ de la 1ère édition de la semaine du secteur privé

Publié le mardi 5 novembre 2019, par Leader

Chose promise, chose due. Le Ministère du Commerce, de l’industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, en collaboration avec ses partenaires, a tenu ses promesses en ouvrant ce lundi 04 novembre à Lomé et ce jusqu’au 08 novembre 2019 , la 1ère édition de la semaine du secteur privé. Ce qui traduit l’engagement du gouvernement à transformer structurellement l’économie pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois décents et induisant l’amélioration du bien-être social exprimé à travers le Plan National de Développement (PND 2018-2022) dont le secteur privé occupe une place de choix avec une contribution attendue à hauteur de 65% du montant global.

L’effectivité de cette rencontre de cinq (5) jours, placée sous le thème : « Secteur privé, moteur de croissance et du développement socio-économique du Togo » a été actée par la présence du Premier ministre Selom Komi Klassou, des membres du gouvernement, de la Cheffe de la délégation de l’Union Européenne, de la représentante-résidente de la Banque mondiale, des représentants des institutions, des Directeurs Centraux, des administrateurs civils, de la société civile, ainsi que de plusieurs partenaires techniques et financiers.

Pour Selom Komi Klassou, Chef du gouvernement, "Le secteur privé est attendu sur plusieurs fronts et se doit d’être l’acteur principal de son propre développement. Il doit par conséquent participer activement à la croissance économique tant par la création de richesses que par la contribution à la réalisation de projets structurants. L’instauration d’une semaine du secteur privé vient appuyer l’engagement qui a motivé le gouvernement à organiser le 1er Forum Economique Togo-Union Européenne tenu les 14 et 15 juin dernier."

Ladite semaine est organisée sous le haut patronage et le leadership du Président de la République et se veut un cadre de réflexion, d’examination des préoccupations du monde des affaires, d’exploration des voies et moyens susceptibles de permettre aux opérateurs économiques de cultiver les bonnes pratiques pour l’essor de l’économie nationale.

En clair, il s’agira de faire un état des lieux des forces et faiblesses du secteur privé ; des mesures à mettre en œuvre pour un dialogue public-privé efficace ; une fiscalité adaptée aux différentes catégories d’entreprises, notamment aux micros, petites et moyennes entreprises ; la nécessité de favoriser la migration de l’informel vers le formel ;des enjeux de la Zone de Libre Echange Continental africaine (ZLECaf) pour le secteur privé togolais ; l’accès à un financement adapté aux activités du secteur privé ; la valorisation des biens et services de production nationale ; la mise en lumière des potentialités économiques multisectorielles des différentes régions du pays ; la promotion de la production, la transformation, la commercialisation et la consommation des produits locaux ( made in Togo) ; la contribution du numérique à la compétitivité des entreprises et à la croissance.

Plusieurs activités sont au menu des travaux à savoir, deux conférences–débat sur les thèmes "Défis du secteur privé dans la mise en œuvre du PND" et "La fiscalité et promotion du secteur privé".
Neuf (9) panels sur différents thèmes sont également au programme. Entre autres : la migration de l’informel vers le formel ; l’accès au financement : Cas des PME/PMI ; Secteur privé et sécurité sociale ; ZLECaf : quelles opportunités pour les entreprises togolaises ? ; le foncier et le développement de l’entreprenariat ; adéquation entre la formation et l’emploi : quelles stratégies ? ; le numérique au service de l’entreprise.

Il y a aussi trois (3) journées portes ouvertes sur le secteur public (les services offerts par les structures publiques au secteur privé) ; le secteur privé (secteur du commerce, secteur des services et secteur de l’industrie) où il est question de présenter au public les services offerts par les administrations publiques au secteur privé et une opportunité pour le secteur privé de faire connaître son savoir-faire à travers la présentation de ses biens et services.

"Nous souhaitons que les échanges puissent apporter des solutions adéquates aux différents problèmes qui minent ce secteur", a laissé entendre Kodzo Adedze, Ministre du Commerce de l’industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale.

La mise en place d’un environnement favorable aux affaires constitue le pilier central de la vision du gouvernement, celle de faire du Togo une nation émergente à l’horizon 2030, en témoigne le rapport Doing Business 2020.
En effet, la 17ème édition du rapport annuel sur la facilité de faire les affaires dans les pays à savoir le Doing Business 2020, un exercice auquel le groupe de la Banque Mondiale soumet de nos jours 190 économies en s’appuyant sur dix (10) indicateurs depuis 2003 dans le souci de provoquer une prise de conscience par rapport au climat des affaires indique que le Togo est le premier pays le plus réformateur en Afrique et le 3ème au monde.

Le secteur privé contribue à plus de 50 % du Produit Intérieur Brut (PIB) national et aborde la majeure partie de personnes actives.

"Le secteur privé togolais est dynamique et joue un rôle majeur dans la production de la richesse nationale, mais il est également confronté à d’énormes défis à relever pour lui permettre de rester toujours compétitif", a expliqué Germain Essohouna Meba, président de la Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT).

De nos jours, le Togo se positionne comme la porte d’entrée naturelle pour les affaires en Afrique de l’Ouest avec un marché de plus 320 millions de consommateurs.