Politique

Togo/ Yark Damehame et Christian Trimua mettent en garde contre toute tentative d’insurrection armée

Publié le lundi 25 novembre 2019, par Leader

Au cours d’un point de presse organisé le 23 novembre 2019 à Lomé par le ministre de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehame, et son collègue des Droits de l’homme et des relations avec les Institutions de la République, Christian Trimua, on note que depuis quelques semaines, il y a des individus qui veulent traduire en acte des informations qui circulent sur les réseaux sociaux relatives à une insurrection armée dans le pays.

Même si le gouvernement a essayé de prendre des dispositions, des actes allant dans le sens de ces informations ont été posés ce samedi 23 novembre 2019 dans deux (2) villes du Togo notamment, Lomé et Sokodé.

Pour le ministre de la sécurité, très tôt ce 23 novembre vers 2h du matin à Lomé au niveau de l’échangeur à Agoè, une patrouille de la gendarmerie a été agressée par des individus avec comme conséquences trois (3) gendarmes blessés dont un (1) poignardé au dos, un (1) autre blessé à la tête avec une machette.
Toujours à Agoè-Nyivé au niveau de la Banque Atlantique, deux (2) gendarmes de service devant ladite institution financière ont été agressés, leurs armes (AK47) emportées. Non seulement ces individus s’en sont pris aux forces de l’ordre, mais ils ont aussi pris pour cible les biens des concitoyens avec des voitures incendiées au niveau de l’échangeur, d’autres saccagées. Au niveau de la station "Étoile du soir" à Agoè, ils ont tenté de s’attaquer au commissariat de police sans réussite mais avec d’énormes dégâts causés.

À Sokodé (au nord du pays) vers la station totale à côté du marché, des individus mal intentionnés ont agressé deux (2) gendarmes, un (1) blessé par machette et son arme (AK47) emportée.

En somme, presque une dizaine de véhicules ont été saccagés, cinq (5) gendarmes blessés et cinq (5) armes emportées dont une arme retrouvée par un habitant d’Agoè et ramenée au commissariat de police.
Bref, on a trois (3) armes (AK47) de Lomé et une (1) de Sokodé non retrouvées .

Par ailleurs, le gouvernement, à travers Yark Damehame, tient à rassurer le peuple togolais qu’il va assurer ses responsabilités dans tous les sens pour sa sécurité.
Ces individus seront recherchés, retrouvés et traduits en justice ainsi que leurs commanditaires.

"Ils ne pourront pas s’en sortir. S’ils cherchent, ils vont trouver. Nous allons les prendre comme des poules. Il vaut mieux pour eux d’aller déposer ces armes quelque part et le signaler aux autorités" a ajouté Yark Damehame.

Quand aux manifestations, surtout que Togo debout en a organisé ce 23 novembre 2019, le ministre de la sécurité estiment qu’elles seront encadrées si elles sont régulières.

Pour Christian Trimua, ministre des Droits de l’homme , "Aucune tentative de déstabilisation du processus électoral enclenché dans le pays n’aboutira".

Ces événements se passent alors que le pays se prépare pour l’élection présidentielle de 2020. Allons-nous vers des joutes électorales sous fond de tension alors que le gouvernement a réussi à organiser ces derniers temps des élections apaisées ?
Wait and see.