Droits de l’homme

Une grève internationale des femmes

Publié le mercredi 8 mars 2017, par Leader

Que se passerait-il si les femmes cessaient au même moment toute activité, au travail et à la maison ? C’est le pari de la Grève internationale des femmes, prévue dans une cinquantaine de pays mercredi 8 mars, en réponse à la violence « sociale, légale, politique, psychologique et verbale que les femmes subissent sous différentes latitudes ». « Si nos vies ne valent rien, produisez donc sans nous ! », proclame le site qui recense les diverses mobilisations.
Et c’est une première. Jamais les actions organisées à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes ne l’avaient été de manière coordonnée sur les cinq continents, avec le même slogan (« la solidarité est notre arme ») et sous les mêmes bannières.
UNE MOBILISATION PLANÉTAIRE
Des organisations de plus de cinquante pays ont adhéré à l’initiative de la Grève internationale des femmes, en particulier en France, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Ukraine, en Russie, en Turquie, en Israël, auPakistan, au Tchad, au Sénégal ou encore au Brésil, auPérou, au Mexique, en Corée du Sud, en Thaïlande ou auCambodge.
Aux Etats-Unis, les organisatrices de la Women’s March, la manifestation monstre du 21 janvier contre Donald Trump, se sont elles aussi ralliées au mouvement. « Il est temps de repolitiser la journée des femmes, proclament-elles dans une tribune publiée dans le “Guardian. Elle a longtemps été célébrée avec des brunchs, des fleurs et des cartes de vœux. Mais à l’ère de Trump, il nous faut un féminisme d’action fédérateur. »
En France, les femmes sont invitées à cesser de travailler à 15 h 40 : leur salaire étant en moyenne 26 % moins élevé que celui des hommes, « c’est comme si elles arrêtaient tous les jours d’être payées à 15 h 40 », explique le site du collectif de 35 associations féministes, syndicats (CGT, FSU, Solidaires), ONG et organisations de jeunesse qui a rejoint le mouvement international. Des actions sont prévues dans une quarantaine de villes.
Source AFP